Introduire le Travail au Zimbabwe

 

Introduire le Travail au Zimbabwe

En septembre et octobre prochains, je prendrai part à un projet à Harare, capilate du Zimbabwe. Le but de ce projet est d’aténuer voire d’éradiquer le phénomène d’auto-stigmatisation qui affecte les personnes atteintes du SIDA à l’aide du Travail de Byron Katie.  

L’auto-stigmatisation est le résultat de jugements de soi négatifs menant à des sentiments de honte, de dévalorisation et de culpabilité qui nuisent à la santé de la personne. Lorsque l’auto-stigmatisation est présente, elle perpétue le cycle du dénie, d’aliénation et de crainte de la divulgation du statut de la victime. Dans le temps, ces tendances peuvent conduire à des comportements qui contribuent à la propagation de la maladie.

L’auto-critique se résume à un système de croyances que la personne cultive sur elle-même. Le démantèlement descroyances limitantes et sources de souffrance est le but même du Travail. C’est donc le parfait outil pour lutter contre l’auto-stigmatisation. Le travail est parfaitement adapté au contexte africain car il ne nécessite rien de plus qu’un stylo et du papier et une volonté d’aller à l’intérieur.

Ce projet est le produit d’une étude réalisée par Nadine Ferris France, experte en SIDA et HIV dans les pays en voie de dévelopement et assitante certifiée du Travail de Byron Katie. Selon elle, «L’auto-stigmatisation est le tueur silencieux des personnes vivant avec le SIDA. Elle nuit à la santé physique et psychologique de ces personnes et agit comme une barrière aux soins, traitements et au soutien offerts.»

Nadine, en collaboration avec Trocaire, une ONG irlandaise, a conçu une intervention à Harare et a m’a invité à participer à sa mise en œuvre.

Je suis toujours plaisamment surprise de voir l’impact positif  qu’à le Travail sur les populations africaines et de constater qu’il peut faire une réelle différence dans la vie des gens. Cela fait maintenant deux ans depuis ma dernière visite en Afrique. Je me réjouis de ce projet et de découvrir un nouveau pays.

This post is also available in: Anglais


Répondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *